Le FC Mulhouse dans la presse espagnole

Le FCM était à l’honneur dans la presse espagnole samedi dernier. Le journal sportif Diario LA GRADA s’est penché sur le rapport étroit qu’avait le FC Mulhouse avec RCD Espanyol Barcelone en s’entretenant notamment avec Puerto, Marimòn, Sendros et le Directeur sportif Eric Descombes.

Traduction de l’espagnol

 

Mulhouse, une ville du nord-est de la France très proche de la Suisse et de l’Allemagne, accueille un club qui possède curieusement un lien important avec l’Espanyol. En effet, le club blanc et bleu, et plus particulièrement sa formation, est un exemple à suivre. Ceci est dû à son directeur sportif Eric Descombes, qui a vécu à Barcelone et connait très bien Jordi Lardin, son homologue à l’Espanyol, ainsi que Javi Recio, directeur sportif actuel du RCD Mallorca et qui a également travaillé au club catalan, ou encore Antonio Uceda, un autre footballeur à l’Espanyol. « Je sais très bien comment fonctionne l’équipe de jeunes de l’Espanyol et quelle est sa philosophie. Nous essayons de mettre en œuvre cette manière de travailler à Mulhouse », reconnu Eric Descombes. Cela l’a conduit à signer l’été dernier Ramon Marimón (central), Xavi Puerto (extrême) et plus récemment Jafar Ibrahim (avant). De plus, cet été, il a fait venir Oriol Sendrós, entraîneur physique qui a travaillé avec les Juvenil B (ndlr : catégorie spécifique en Espagne qui regroupe les U19, U18 et U17) de l’Espanyol durant la saison 14/15.
« Il est facile de reconnaître les équipes de jeunes de l’Espanyol si vous voyez Mulhouse jouer. L’équipe de jeunes de l’Espanyol est l’une des meilleures en Espagne. Avec les moyens qu’il a, comparé au Barça, il travaille beaucoup mieux et attire suffisamment de bons joueurs. Il est plus facile de former que de signer et l’Espanyol est l’un des clubs qui sait le mieux comment former ses propres joueurs. Nous sommes inspirés par cette philosophie, sans perdre notre identité du football français »  explique Descombes, qui a passé une grande partie de sa carrière aux États-Unis, en plus d’avoir été international avec la sélection de la Mauritanie et l’entraîneur de la sélection nationale de la République Centrafricaine.

Le FC Mulhouse évolue actuellement dans la cinquième division française. Il s’agit de la deuxième équipe la plus vieille de France et a été six saisons en première division et jusqu’à 27 dans la deuxième. « Quand je suis arrivé à Mulhouse il y a un an, le club était dans une situation sportive difficile. Mais nous avons un investisseur américain et le projet est ambitieux. L’idée est d’atteindre la deuxième division en trois ou quatre ans », a-t-il déclaré. « Je pense que nous avons tous les ingrédients pour réussir : un engagement économique fort, une infrastructure de qualité et le soutien d’une grande ville et des sponsors. De plus, c’est un club historique qui veut retrouver sa juste place », a-t-il ajouté. Ils ont par exemple un stade de 17 000 spectateurs qui serait étendu dans le cas d’une accession en Ligue 2.

Cela peut sembler très ambitieux, mais Descombes a expliqué que «en France, la différence entre les divisions est faible. De la deuxième à la quatrième, la différence est à peine perceptible, ce n’est pas comme en Espagne. La cinquième division française équivaut à la troisième division espagnole ».
Marimón et Puerto vont dans le même sens : « Nous avons joué des matchs amicaux contre des adversaires supérieurs dans la hiérarchie (US Orléans, Raon l’Etape, …) et je n’ai pas remarqué beaucoup de différences. Le championnat où nous jouons serait comme une puissante troisième division espagnole, avec un football plus physique. En Espagne, nous aimons avoir le ballon, mais en France et en Angleterre si vous ne l’avez pas, rien ne se passe », a déclaré Marimón.
« Il n’y a pas beaucoup de différences entre la cinquième et la deuxième division. En pré-saison, nous avons gagné des équipes de troisième division », a exprimé Puerto. Les deux, en plus de Jafar, arrivé au club il y a un mois, sont des pièces très importantes pour l’équipe entraînée par l’espagnol Carlos Inarejos, sans oublier le gardien originaire de Girona, Adrià Muñoz.

Ramòn Marimón et Xavi Puerto ont signé cet été dans le club français. « Au début, je n’étais pas sûr mais j’ai vu que c’était un projet ambitieux et maintenant il s’avère que c’est l’une des meilleures décisions que j’ai prises dans ma vie. Je connais Xavi Puerto et Jafar depuis des années et cela rend tout plus facile », a déclaré Marimón, très satisfait de l’expérience.
« J’avais l’intention de jouer à l’étranger cette année et cette opportunité s’est présentée. Je sais que je suis passé de la Segunda B (ndlr : troisième division espagnole) à la cinquième division française, mais les objectifs du club sont très ambitieux et cela m’a motivé. C’est une équipe historique et l’objectif est de l’emmener là où elle mérite d’être », a souligné Puerto.
« Compte tenu de l’histoire du club, les fans expriment une certaine exigence. Il est clair que nous ne sommes pas dans la division qui lui correspond réellement. Mulhouse a eu des joueurs internationaux qui ont joué des Coupes du Monde – comme Nenad Stojkovic qui a joué la Coupe du Monde en Espagne avec la Yougoslavie. Par ailleurs, Abedi Pelé ou Arsène Wenger ont également joué à Mulhouse. Il faut arriver en Ligue 2, les gens le veulent », a ajouté Marimón.
Tous les deux perçoivent parfaitement l’influence de la formation de l’Espanyol à Mulhouse « quand il s’agit de s’entraîner et de faire des matches. Avec le staff technique, nous essayons de prendre soin de la balle, prendre l’initiative et défendre avec la balle. Les joueurs français essayent de s’adapter à cela et ça commence à porter ses fruits », a déclaré Marimón. « L’équipe de jeunes de l’Espanyol est la meilleure et nous essayons de mettre en place un ballon de football. Mais vous devez vous adapter à l’endroit où vous êtes et c’est plus une fusion, sans changer totalement la façon dont vous jouez ici », a ajouté Puerto.
« Nous avons opté pour un jeu de possession, mais sans oublier qui nous sommes », a réitéré Sendrós, le préparateur physique qui était chez les  durant la saison 14/15 afin de parfaire ses études (Master de l’ activité physique et de la santé). « L’Espanyol fonctionne très bien en terme de formation et j’ai beaucoup appris sur la méthodologie, avec Robert Cuesta comme entraîneur et Albert Sánchez comme entraîneur physique. Maintenant j’essaie de l’implanter à Mulhouse avec mes coups de pinceau » .

Dans la Cinquième division française, seule la première équipe et la meilleure deuxième de tous les groupes montent. Mulhouse est actuellement placée à six points du leader, l’équipe réserve de l’ASNL, qui a joué un match de plus. « Nous avons très bien démarré, l’équipe était sur le podium, mais ensuite nous avons eu quelques pépins. Nous ne savions pas comment jouer face aux réserves professionnelles et nous devions adapter notre façon de jouer lorsque nous les affrontions », a déclaré Xavi Puerto, qui est aussi revenu sur son niveau individuel : « Je suis très heureux, physiquement je me sens mieux que l’année dernière ».
Ramon, quant à lui, a expliqué que «au début de la saison, vous devez gagner votre place au sein de l’équipe, mais maintenant j’ai la récompense d’être un titulaire et dans certains matchs, j’ai même eu la chance d’endosser le brassard de capitaine. Je sais qu’en tant qu’étranger, il y a la responsabilité de tirer l’équipe vers le haut ».

L’emplacement de Mulhouse est une opportunité sportive pour eux, selon Descombes : « Notre équipe est très fréquentée, il y a continuellement des scouts de Ligue 1 et Ligue 2 qui viennent nous rendre visite. Strasbourg, Sochaux et Auxerre sont à proximité, ainsi que Bâle (Suisse) et Fribourg (Allemagne) » a-t-il expliqué. « Nous savons que c’est une vitrine et que si nous faisons une bonne saison, nous pouvons monter avec l’équipe la saison suivante ou progresser dans une autre. Être très proche de beaucoup d’équipes professionnelles est une motivation, même si je n’aurais aucun problème à rester ici pendant quelques années », a déclaré Marimón. « Nous savons que nous avons beaucoup d’options à proximité, c’est une bonne région », a déclaré Puerto. […]

L’article original est à découvrir ici.