Presse : Une classe d’écart

Même réduit à dix durant plus la moitié de la rencontre suite à l’expulsion de Marimon, le FC Mulhouse n’a eu aucun mal à se débarrasser d’une pâle équipe de l’AS Prix-lès-Mézières, hier soir, sur la pelouse du stade de l’Ill. Victorieux 3-0, il reste plus que jamais à l’affût du podium de National 3.

Les réserves de l’AS Nancy et de Troyes l’ayant emporté un peu plus tôt dans l’après-midi, tout comme l’US Sarre-Union, victorieuse à Amnéville, ce n’était vraiment pas un soir à lâcher du lest pour le FC Mulhouse. D’autant plus qu’il évoluait à la maison, où il n’avait plus goûté au parfum de la victoire depuis le 28 octobre dernier.

Dans la course à la première place et à l’accession en National 2, la formation dirigée une fois encore par le directeur sportif Eric Descombes – l’entraîneur Carlos Inarejos étant toujours suspendu – se devait impérativement de rafler la mise face à l’AS Prix-lès-Mézières, 13e et relégable au coup d’envoi. Mission accomplie, donc, puisque le FCM a décroché hier sa septième victoire de la saison. L’une de ses plus faciles, aussi, dans la mesure où il n’a quasiment jamais été inquiété par son adversaire, même lorsque celui-ci s’est retrouvé en supériorité numérique durant toute la seconde période.

« Joker grillé, place aux points »  : la banderole déployée par la Brigade Ultras en début de rencontre résumait plutôt bien l’enjeu du rendez-vous. Et elle trouvait d’ailleurs rapidement un écho favorable sur la pelouse glissante du stade de l’Ill puisque le FCM ouvrait le score dès la 12e par El Bounadi. Monté aux avant-postes sur un coup franc de M’Tir, le défenseur central déviait juste ce qu’il fallait le ballon de la tête pour tromper Marcimain.

Le FCM supérieur en infériorité

Lancé sur les bons rails, le FCM tentait d’appuyer pour faire le break, mais Prix-lès-Mézières ne pliait pas, et restait menaçant sur quelques contres. À l’arrivée de l’un d’eux, Suray, l’avant-centre, prenait sa chance d’une belle frappe tendue. Sans réussite puisque Munoz la repoussait des poings (35e ). La rencontre s’équilibrait puis connaissait un nouveau tournant juste avant la pause, lorsque le défenseur mulhousien Marimon était renvoyé directement – et assez sévèrement semble-t-il – au vestiaire pour un tacle appuyé sur Fofana (44e ).

Prié de composer en infériorité numérique durant toute une mi-temps, le FCM revoyait ses plans, l’attaquant Essomba cédant sa place au défenseur Kecha. Une nouvelle configuration qui ne gênait en rien des Mulhousiens appliqués, volontaires et paradoxalement plus dominateurs dans le jeu que lors du premier acte. Face à une formation ardennaise bien incapable de prendre le jeu à son compte, ils s’offraient donc les meilleures situations, à l’image de cette frappe de M’Tir légèrement à côté (60e ). Ainsi le but du break tombait logiquement à l’attaque du dernier quart d’heure. Constant enrhumait deux défenseurs sur son côté droit et offrait un véritable caviar à Puerto, tout heureux de n’avoir qu’à pousser le ballon au fond pour mettre les siens à l’abri (2-0). C’était d’ailleurs un peu le jour de chance du milieu de terrain espagnol puisque dix minutes plus tard, un de ses centres était dévié par Marbeuhan contre son camp (3-0, 85e ). Le calice jusqu’à la lie pour cette équipe ardennaise qui n’avait pas les armes pour rivaliser hier soir.

Article de Pierre Chatelus, publié dans l’Alsace du 18/02/18