Presse : Le FCM dynamite le leader

Les Mulhousiens n’ont fait aucun cadeau, hier au stade de l’Ill, à une très jeune réserve nancéienne (3-0) qui n’a existé que lors du premier quart d’heure de la seconde période. Le FCM est toujours dans la course à la montée.

 

Si le FCM voulait encore avoir son mot à dire dans ce championnat de National 3, il savait ce qu’il devait faire hier : mettre le leader à genoux. Mission accomplie, et avec la manière s’il vous plaît. « C’est simple, Nancy n’a pas eu une seule occasion, notre gardien pas un seul arrêt à faire. Rien ! C’est pourtant la meilleure attaque du groupe, cela situe le niveau de notre performance. » Sitôt le coup de sifflet final, l’entraîneur mulhousien Carlos Inarejos pouvait savourer le succès de ses troupes.

Face à la très jeune – et forcément inexpérimentée – réserve nancéienne, le FCM a passé le plus clair de son temps dans la moitié de terrain lorraine. Et s’est donc procuré un paquet d’occasions. Mais il lui manquait toujours ce petit quelque chose pour trouver l’ouverture : plus de précision dans le tir (tête d’El Bounadi à la 2e , retourné des 16 m de M’Tir à la 10e ), de justesse dans la passe ou de concentration dans le placement (hors-jeu de Puerto à la 25e ).

 

Le FCM marque, puis recule

Bref, comme les Alsaciens n’arrivaient pas à faire la différence par leurs propres moyens, ils se sont appuyés sur la naïveté de leur adversaire. Une faute aussi inutile que stupide sur la ligne médiane de Haddad et un repli défensif approximatif : il n’en fallait pas plus à M’Tir pour envoyer Yann Constant lober, du coin gauche de la surface, son homonyme Hugo, sorti cueillir les pâquerettes (1-0, 38e ).

Ce n’est que dans les arrêts de jeu, sur un coup franc de Haddad largement au-dessus, qu’on a vu naître le premier embryon d’action lorraine. Mais, mine de rien, cela réveillait les ardeurs nancéiennes. Et durant le premier quart d’heure du second acte, le FCM reculait, beaucoup même. Constant seul en pointe, les dix autres Mulhousiens endiguaient de timides vagues adverses, qui devenaient toutefois de plus en plus menaçantes : « Nancy voulait revenir dans le match et a joué beaucoup plus haut, constate Carlos Inarejos. On a été contraint de reculer. »

 

Un amour de missile signé M’Tir

Et l’ASNL a enfin pu se montrer. Sur un corner de Haddad au deuxième poteau, Nouader ratait le cadre (47e ). Dix minutes plus tard, El Jouhari décalait Bassouamina, qui éliminait deux défenseurs d’un crochet avant de voir son tir contré par Diouf. Puis, une tête de Bassouamina était facilement captée par Munoz (60e ).

Le leader venait de laisser passer sa chance. Le FCM, lui, n’allait pas rater l’occasion d’enfoncer le clou. « On est parvenu à reprendre le contrôle du match » , soulignait le coach mulhousien. Et après un long raid solitaire, Bouhabila décalait Taqtak sur la gauche, qui lui rendait le ballon au point de penalty pour le 2-0 (72e ). Et pour parachever le spectacle, M’Tir, qui avait tenté de surprendre Constant de loin à la 68e , expédiait un amour de missile de plus de 35 m dans la lucarne du gardien lorrain (3-0, 88e ).

Les Mulhousiens remontent sur le podium, à une longueur de Sarre-Union et encore huit de Nancy. Mais avec deux matches de moins que les Lorrains. Tout est encore jouable.

Article signé Marc Calogero pour le journal L’Alsace. Voir l’article sur lalsace.fr

 

Feuille de match :

MULHOUSE. Stade de l’Ill. Mi-temps : 1-0. Arbitre central : M. Roth. Environ 300 spectateurs.

Les buts : Y. Constant (38e ), Bouhabila (72e ), M’Tir (88e ).

Avertissements : M’Tir (29e ), Y. Constant (42e ), Taqtak (66e ), Puerto (90e +2) à Mulhouse ; Haddad (37e ) à Nancy II.

FCM : Munoz – Titebah, Diouf, El Bounadi, Kecha – Aquiayi, Puerto, M’Tir (cap.), Bouhabila – Y. Constant (Da Silva, 89e ), Taqtak (Etamé, 80e ). Entraîneur : Carlos Inarejos.

ASNL II : H. Constant – Sy, Denquin, Da Dongo, Bouzar – Nouader (Raoul, 76e ), El Jaouhari (Fabien, 80e ), Nguiamba, Haddad (cap.) – Triboulet, Bassouamina. Entraîneur : Sylvain Olivier.